Différences entre serveur physique et serveur virtuel

Dans le jargon web, plusieurs termes reviennent très souvent. Parmi ces termes la notion d’hébergement web fait beaucoup parler d’elle. Si les serveurs web sont assez mis en avant, il reste quand même difficile d’en comprendre l’importance et surtout, les particularités qu’ont chacun de ces serveurs. Afin d’aider les entreprises à avoir plus d’informations pour effectuer leur choix de serveurs, il est important de mettre en avant les différences entre serveur physique et serveur virtuel.

Définitions de serveur physique et de serveur virtuel

Un serveur physique couramment appelé serveur dédié est un serveur installé sur une machine physique. C’est un serveur réservé à un usage personnel. La personne bénéficiant de ce serveur dispose de toutes les ressources de la machine et est libre de la configurer comme bon lui semble. Ainsi, cette personne a accès au système d’exploitation, à la mémoire vive, à la capacité de stockage, à la puissante de calcul, à la bande passante et à bien d’autres paramètres.

Un serveur virtuel est un serveur physique qui à la différence du serveur dédié est mutualisé et donc accessible à plusieurs personnes. La machine physique est ici divisée en plusieurs partitions virtuelles. Ainsi, les ressources de ce serveur sont partagées entre plusieurs personnes. Ces dernières n’ont alors pas la possibilité d’avoir accès à toutes les ressources de la machine ou de la configurer. Le terme serveur privé virtuel ou VPS est employé pour mettre en avant ce partage de la même machine entre différents utilisateurs. Les partitions ici sont indépendantes les unes des autres et autonomes.

Avantages et inconvénients du serveur physique

Avantages du serveur physique

Généralement utilisé pour les sites à fort trafic, le serveur physique permet de jouir de toutes les ressources de la machine et de la configurer à sa guise. Il permet de gérer également le réseau de communication de l’entreprise et ainsi, de le sécuriser. Ce type de serveur permet aussi la centralisation de la gestion de tout le parc informatique d’une entreprise.

Avec un serveur physique, une entreprise pourra déployer des applications sur-mesure dans son réseau tout en hébergeant de nombreux sites web à fort trafic. De plus, l’entreprise aura accès à 100% des ressources dont dispose le serveur et ce, que ce soit le processeur, la mémoire vive, la bande passante ou autres.

Le serveur physique permet à une entreprise de bénéficier d’une grande flexibilité et d’une aisance de contrôle. En effet, le serveur physique permet à une entreprise de contrôler entièrement son environnement, d’installer toutes les applications, tous les scripts et tous les outils qu’elle souhaite. L’entreprise pourra alors adapter le serveur suivant ses besoins.

Ce serveur offre également une meilleure sécurité qu’une entreprise pourrait avoir avec un serveur mutualisé. En effet, du fait qu’il n’y ait qu’un seul utilisateur sur le serveur, le risque de se faire hacker ou pirater est fortement réduit.

Le serveur physique permet de jouir d’une grande stabilité. Ce type de serveur offre ses meilleures performances du fait qu’il ne soit pas divisé en plusieurs compartiments. Ce faisant, il n’y a pas de risque de baisse de régime généralement due à une hausse de volume de trafic sur l’un des sites hébergés.

Inconvénients du serveur physique

Le plus grand inconvénient du serveur physique est son coût. En effet, la performance, l’autonomie et la sécurité ont un coût. En plus du coût de la location du serveur, il faut également penser aux services offerts par ce serveur (si l’entreprise souhaite sous-traiter cette partie).

Dans le cas où l’entreprise souhaiterait elle-même s’occuper de l’administration du serveur, il faudra également tenir compte du recrutement de compétences adéquates pour l’exécution des tâches indispensables à la bonne gestion du serveur. Ce besoin de recrutement engendre également des coûts supplémentaires.

Toujours dans le coût que représente le fait d’opter pour un serveur physique, il est important de rappeler que la gestion du serveur demande également de l’investissement sur certains points tels que l’achat des licences des logiciels ou le recyclage du serveur.

Un autre inconvénient lié au serveur physique est son manque de maintenance en direct. En effet, lors de la maintenance du serveur telle que la mise à jour du matériel (ajout de disque dur, de mémoire vive, etc.), il faudra observer un temps d’arrêt de service afin de réaliser les différentes installations.

Avantages et inconvénients du serveur privé virtuel

Avantages du serveur privé virtuel

Le serveur privé virtuel offre un bon compromis entre hébergement mutualisé et hébergement dédié. Il permet de réduire les coûts liés à l’utilisation unique d’un serveur physique tout en jouissant de plusieurs fonctionnalités offertes par les serveurs dédiés. Ainsi, son coût est relativement plus faible que celui du serveur physique bien que les performances du serveur privé virtuel soient proches de celle du dédié. Cela est dû au fait que les coûts de gestion de la machine sont partagés entre les utilisateurs.

Ayant conscience du partage du serveur entre différentes utilisateurs, les hébergeurs mettent en place des machines performantes capables de supporter les différentes montées de charges auxquelles peut être confronté le serveur. Ces performances permettent d’assurer aux entreprises optant pour le VPS, une grande fiabilité dans le stockage des sauvegardes.

Bien que le VPS soit à la base une machine partagée entre différents utilisateurs, ce point n’empêche pas pour autant qu’il soit sécurisé. En effet, chaque partition étant indépendante et autonome, chaque utilisateur est le seul à être concerné par son serveur privé virtuel. De plus, les hébergeurs mettent en place des systèmes de sécurité et ont des professionnels qui assurent la sécurité des machines.

Inconvénients du serveur privé virtuel

Bien qu’il possède de nombreux avantages, le serveur privé virtuel n’est pas aussi performant que le serveur dédié. Egalement, il n’offre pas les possibilités de configuration qu’offre un serveur physique.

Si une entreprise connait une forte hausse de trafic, le serveur privé virtuel pourrait alors prendre du temps à s’ajuster. Cette perte de temps ralentira alors le site hébergé sur ce serveur. Pour cause, les espaces sont clairement définies. Pour avoir une meilleure vitesse d’exécution, il faudrait alors augmenter le forfait.

Egalement, le serveur privé virtuel n’offre pas la possibilité d’être personnalisé en y ajoutant des composants plus performants en fonction des besoins. Aussi, il ne permet pas de faire des configurations telles que la création d’un réseau entre plusieurs serveurs ou la séparation entre un et d’autres serveurs d’une entreprise.

Pour votre entreprise, serveur physique ou serveur privé virtuel ?

En résumé, les grosses entreprises à gros trafics sur leur site web devraient porter leur choix sur le serveur physique. Bien que son coût soit relativement élevé, il offre d’excellentes performances à ces entreprises. Il leur permet également de personnaliser leur serveur tout en ayant une grande assurance de sécurité.

Pour ce qui est des autres entreprises de toutes tailles ayant un trafic modéré, la meilleure alternative reste le serveur privé virtuel. Il permet d’avoir de bonnes performances capables d’assumer les charges produites par une entreprise moyenne voire grande et ce, à coût modéré.